article comment count is: 0

Joseph Kabila, le muet qui fait du bruit en RDC

On ne le voit plus, il ne s’exprime plus mais toute la politique congolaise tourne autour de lui. C’est toujours Joseph Kabila qui dicte le tempo politicien congolais. Quand un muet fait du bruit…

Les congés payés excédent rarement quelques semaines, l’âge de la retraite n’est pas atteint avant la cinquantaine et même l’hibernation des ours ne dure pas plus de 7 mois. Alors pourquoi s’étonner que Joseph Kabila esquisse le nouveau chapitre de sa carrière politique, à l’âge de 48 ans et 9 mois après l’investiture de son successeur à la présidence de la République démocratique du Congo ?

Si l’impénétrable « fils-de » avait surpris son monde en ne s’accrochant guère à son fauteuil suprême, il n’avait pas annoncé, pour autant, qu’il suivrait l’exemple des anciens chefs d’Etat américains qui se consacrent exclusivement au golf et à des conférences onéreuses. Si modèle il devait y avoir, c’est le russe tandem Poutine-Medvedev qui avait été deviné, celui d’un billard à deux bandes où le marionnettiste accepte de demeurer dans l’ombre pour mieux revenir dans la lumière…

Kabila, un homme multifonctions 

A bien y regarder, d’ailleurs, Kabila, même discret, n’a pas vraiment quitté les responsabilités politiques : il est bien sénateur à vie, timonier de la majorité parlementaire, allié du président Tshisekedi, président national du parti PPRD, autorité morale de la plateforme FCC, président honoraire de la RDC et bientôt plus si affinité. C’est donc sans vergogne que le secrétaire permanent du parti kabiliste PPRD a annoncé, à Lubumbashi, que « Joseph Kabila Kabange, a décidé de faire sa rentrée politique dans les tout prochains jours ».

Et pourquoi voir petit quand on est en position de voir grand ? Les partisans du mutique hiberné affirment ne voir « aucun obstacle constitutionnel ou institutionnel voire politique » à son retour comme président en 2023. C’est ainsi : plus Kabila se tait, plus la classe politique s’agite. Les médias ne parlent plus que de ce come-back annoncé et chaque politicien semble condamné à se positionner par rapport à l’ancien président, voire se justifier. Félix Tshisekedi doit régulièrement affirmer qu’il n’est pas la marionnette de son prédécesseur. De retour à Goma, Moïse Katumbi a dû nier tout rapprochement avec l’ancien chef de l’Etat. Quant à Martin Fayulu, il n’est audible que lorsqu’il cogne son punching-ball Kabila…

Garder le silence pour laisser parler les gens

L’ancien président semble avoir beaucoup appris du show-business : de la chanson Laisse parler les gens de l’Indo-Congolaise Cheela, tant son silence suffit à nourrir le bla-bla politicien de toute part ; des changements de look perpétuels, entre joue glabre et longue barbichette ; du storytelling des plus grandes stars aussi. Comme le plan de carrière d’un Fally Ipupa, la stratégie kabiliste use de l’événementiel, du manque et du buzz.

Sans dévoiler de date, MC Shadary a déjà teasé un « événement qui devra faire date », au cours duquel son mentor fera son retour sur la scène politique de la République démocratique du Congo. A quand un single annonciateur ?

 

Partagez-nous votre opinion