article comment count is: 1

Les leaders des jeunes à Lubumbashi pris dans les filets du pouvoir

La pêche aux « gros poissons » se poursuit au parti présidentiel, le PPRD. Depuis quelques semaines, la ville voit les leaders de la jeunesse être recrutés et même embauchés dans le parti du chef de l’État. J’ai observé que ce sont les jeunes influents qui sont visés. Je ne dirai pas achetés, mais…

Les hameçons du régime sont jetés partout et ceux qui mordent à l’appât sont nombreux. À Lubumbashi, l’ampleur du phénomène inquiète. Le jeune Aying Alex est excédé et utilise des mots durs : « Ces politiciens sans vergogne veulent condamner notre jeunesse à lécher leurs mains, en corrompant nos leaders. » Le constat donne à penser que l’avenir de la jeunesse ne peut être heureux que dans un parti politique.

Cette politisation de la jeunesse risque d’avoir de fâcheuses conséquences. Le jeune Aying reste perplexe. Il n’a plus le goût de ces associations de jeunes qu’il trouve corrompues. Il n’ose pas croire que ces leaders de la jeunesse rejoignent volontairement le  PPRD. « C’est une pêche ciblée », dénonce-t-il en indiquant que ce ne sont pas des adhésions volontaires.

La jeunesse est-elle menacée ?

En effet, chaque leader des jeunes décroché par le PPRD est filmé, photographié et présenté publiquement. Il dit presque machinalement qu’il rejoint « le grand parti », « le parti le mieux installé en RDC » et qui est véritablement « national » ! En tout cas, beaucoup l’ont dit presqu’en ces mots, ce qui donne à croire qu’ils répètent un discours conçu pour eux.

De leur côté, les réseaux sociaux s’inondent d’images annonçant ces arrivées au parti présidentiel. « Tout le monde doit savoir que celui-là est passé dans l’autre camp. Comme ça, il pourrait avoir de la peine à revenir. Mais c’est aussi une information à tout le monde qui peut alors apprendre à ne plus te regarder comme avant », pense un leader des jeunes qui a requis l’anonymat.

En tout cas, choisir de faire la politique ne pose aucun problème à personne. Mais tous les débats semblent remettre en question l’intégrité de ces jeunes, qui autrefois prêchaient la non-violence, mais avec des discours révolutionnaires, et se retrouvent aujourd’hui pris dans le giron du pouvoir. Ont-ils vendu leur âme au diable, ou au contraire, se rendent-ils à l’évidence, qu’ils voyaient mal avant ? Je ne sais pas. Mais la soif du pouvoir et probablement de l’argent facile, des promesses de belle carrière en politique ou dans l’administration publique, semblent une véritable machine à pêcher les jeunes.

 


A relire : Ces gros poissons qui adhèrent in extremis au PPRD

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.