article comment count is: 0

Moïse Katumbi, le candidat qui fait peur à Joseph Kabila ?

La semaine s’est achevée comme elle avait commencé en République démocratique du Congo. Il y a eu une vive polémique au sujet de l’implication présumée de Moïse Katumbi dans un groupe armé pour renverser le régime. Une information annoncée par la police. La réponse des proches de l’opposant, candidat déclaré à la présidentielle, n’a pas tardé : ils dénoncent un montage visant à l’écarter de la course.

RFI titre sur de « nouvelles accusations contre l’opposant Moïse Katumbi Chapwe ». La radio explique les faits : « Au cours d’une cérémonie présidée par le ministre de l’Intérieur Mova Sakani, la police nationale a présenté un ex-militaire qui a rejoint l’ALPC [un groupe armé opérant dans le nord-est de la RDC, Ndlr] depuis 2012 comme l’un de ceux qui ont été sollicités pour aider l’ancien gouverneur du Katanga dans une tentative de prendre le pouvoir par la force. L’assaut devait être mené à partir d’Aru, en Ituri. »

Les katumbistes en colère contre Kabila

La réaction du porte-parole de Katumbi est sans ambiguïté. Pour Olivier Kamitatu, ça [le combat] « est et restera pacifique ». Cas-info rapporte ainsi, de « fausses accusations » qui s’ajoutent « aux affaires judiciaires montées de toutes pièces par le pouvoir dans le but de l’écarter de l’élection présidentielle ». Et Katumbi lui-même de préciser : « En dépit des menaces et des faux dossiers, je ne ferai jamais marche arrière car c’est mon devoir de sauver le peuple congolais et redonner au Congo sa grandeur. »

« Nous sommes pris en otage par la MP qui veut non seulement noyer Katumbi mais se pérenniser au pouvoir », réagit sur Actualité, Gabriel Kyungu, un proche de Katumbi basé à Lubumbashi, dans le Katanga. L’opposant a ainsi instruit ses avocats pour d’éventuelles poursuites contre la police, rapporte le même média.

Une affaire qui a suscité de nombreuses réactions sur la toile, de la part des partisans de l’opposant Moïse Katumbi, hostiles au pouvoir congolais. En témoigne State Afrique, un site de parodie d’information qui ironise en titrant : « Moïse Katumbi à l’origine de l’épidémie d’Ebola dans le nord du pays. » Sans doute, pour insinuer que l’opposant serait devenu l’auteur de tous les maux de la RDC aux yeux du régime de Kabila. Des critiques qui ont sorti du silence le porte-parole du gouvernement. Lambert Mende, rapporte Actualité, n’a pas hésité à rétorquer : « Finalement, même quand il pleut, c’est toujours la stratégie du pouvoir pour écarter Katumbi ? » 

« Katumbi est hors-course », lance Atundu

De son côté, La Prospérité, un autre journal de Kinshasa s’exclame : « Katumbi : la candidature menacée ! » Alors que le « coup de sifflet » semble donné pour la marche vers les élections – les dernières lois viennent d’être promulguées – note le média, tout semble aller mal pour l’opposant. Il commente : « Les alibis se multiplient, les pièges et peaux de banane jonchent le parcours et  les préalables irréductibles avancés, risquent de tout saccager. »

C’est quand Alain Atundu, le nouveau chef du parti présidentiel, le PPRD déclare, très sûr de lui-même : « Pour nous, Katumbi est non-partant », écrit Actualité, dans une autre information. Au final, conclut l’avocat Jean-Claude Katende, ces nombreuses accusations répétées montrent une chose : « La candidature de Moïse Katumbi est une véritable menace contre la majorité présidentielle ».

 


Vous pouvez lire aussi : Moïse Katumbi doit rentrer au pays pour renforcer l’opposition

Partagez-nous votre opinion