Crédit: Justin Makangara
article comment count is: 0

Mugabe a démissionné, Kabila peut-il faire de même ?

Le problème n’est pas de monter au pouvoir, mais plutôt la manière de quitter le pouvoir. Les grands hommes démissionnent, les petits s’accrochent. Or, démissionner c’est ce que Mugabe aurait dû faire depuis bien longtemps. Mais il a attendu que l’armée l’y contraigne, lui qui a régné 37 ans sans partage. Néanmoins le vieux président a créé la surprise en envoyant une lettre au Parlement zimbabwéen réuni pour le destituer. « Je vous annonce ma démission avec effet immédiat », pouvait-on lire dans cette lettre de Robert Mugabe. Joseph Kabila peut-il imiter cet exemple ? Tel que je le connais, je doute.

Le régime de Kinshasa et celui de Mugabe se ressemblent ou presque. La fin de l’un risque d’être similaire à celle de l’autre. Mugabe a versé le sang de plus de 20 000 Zimbabwéens lors de la guerre de Matabele. En RDC, Dieu seul sait le nombre de Congolais tombés sous les balles du régime de Kabila en 17 ans de pouvoir.

Quand on se réjouit de la chute de Mugabe

En principe, le départ ou la séparation d’avec quelqu’un c’est quelque chose qui attriste, mais le départ de Mugabe a plutôt provoqué une explosion de joie dans tout le Zimbabwe. Des millions de personnes sont descendues dans les rues et dans les villes du pays pour saluer la démission de celui qui a dirigé cet Etat pendant 37 ans. C’est la preuve que l’homme n’était plus aimé de son peuple. Il était une épine dont nul ne savait se débarrasser.

En RDC, la majorité présidentielle fait croire que le peuple est toujours derrière Joseph Kabila 17 ans après son arrivée au pouvoir. Quelle aberration! ! Le fait que le peuple congolais soit silencieux dans sa grande majorité ne signifie pas qu’il soutient le régime en place. Que Kabila ose démissionner comme l’a fait Mugabe, il verra à quel point la population va se réjouir de son départ. De Kinshasa à Goma, passant par Lubumbashi, Mbujimayi, Bandundu, Équateur jusqu’à Kisangani, même les infirmes descendront dans les rues pour conspuer le régime qui a appauvri les Congolais depuis 17 ans. Les langues vont se délier. Il est temps que Kinshasa tire les leçons de la crise zimbabwéenne.

Démissionner n’est pas une humiliation

Sur RFI, le ministre sénégalais des Affaires étrangères, réagissant à chaud sur la démission de Mugabe, déclarait en substance : « En démissionnant, Mugabe a choisi la voix de la sagesse. Il a évité un bain de sang à son pays. Il y a une vie après le pouvoir. Cela lui permet de vivre dignement dans son pays… »

Nous disons la même chose en République démocratique du Congo. Quand le pays est dans l’état pitoyable dans lequel il est à cause de vous, mieux vaut démissionner et donner sa chance à quelqu’un d’autre. Vous vous trompez lourdement en pensant que sans vous le pays va s’arrêter. Le Congo continuera. Mandela a démissionné, Senghor aussi.

Mugabe abandonné par tous

La politique est ingrate. Mugabe se retrouve aujourd’hui abandonné par ceux qu’il a nourris et enrichis pendant son règne. La même armée qui le protégeait toutes ces années l’a abandonné. Les militants qui dansaient pour lui autrefois sont ceux qui ont brûlé son effigie. Le Parlement a abandonné Mugabe. Même son propre parti politique, la Zanu-PF, l’a lâché !  

Nous disons au président Kabila que tous ces gens qui sont autour de vous, qui vous applaudissent et vous disent que même hors mandat vous pouvez continuer à diriger contre la volonté du peuple : « Ce n’est pas vous qu’ils aiment Monsieur le président, ils aiment plutôt l’argent et les avantages qu’ils ont à vos côtés. »

 


A relire : La vague zimbabwéenne déferlera-t-elle en RDC ?

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.