article comment count is: 1

Le Congo sait désormais produire programmes et compétences digitales

Les nouvelles technologies et le numérique prennent plus de places dans nos vies et dans nos entreprises. Mais la main d’œuvre locale en RDC est presque rejetée et abandonnée à elle-même. Les 15 et 16 novembre 2019, une organisation congolaise veut montrer les compétences digitales locales, et inviter à les valoriser.

Des rencontres autour du développement du numérique au Congo se multiplient sur l’ensemble du territoire national, preuve de la vitalité des compétences locales. Ce sont principalement des rencontres initiées par de jeunes Congolais qui veulent s’approprier ce secteur du numérique resté durant plus de deux décennies entre les mains des étrangers.

Parmi les faits encourageants pour ces jeunes, il y a le fait qu’à peine installé à la cité de l’OUA, le président Félix Tshisekedi a présidé le salon du numérique. Beaucoup y ont vu un intérêt pour le numérique et une opportunité à saisir. C’est aussi une preuve que le Congo de demain ne se fera pas sans le numérique et sans les Congolais.

On doit faire confiance aux locaux

Dans la plupart des entreprises, tant publiques que privées, le nombre de logiciels qui y tournent sont conçus à l’étranger ou en viennent. Pour une application de gestion d’un supermarché ou d’une paie par exemple, les entreprises recourent au savoir-faire extérieur. Pourtant, les Congolais sont capables de produire localement la plupart de ces logiciels utilisés dans les entreprises, et même faire mieux en proposant des solutions efficaces. Hélas, on ne fait pas encore confiance aux informaticiens congolais.

C’est dans cette optique de montrer le savoir-faire congolais que Lubumbashi Digital Story organise un forum du 15 au 16 novembre prochain pour promouvoir la transformation numérique en général et les solutions tech pour les minings  (Tech in mining). L’objectif est de favoriser l’émergence des entreprises locales portant des solutions numériques adaptées aux besoins des entreprises œuvrant notamment dans le secteur minier congolais. 

Les informaticiens congolais sont efficaces

L’argument utilisé par les entreprises pour justifier le recours aux compétences extérieures, est bien souvent le manque d’expérience et de compétences locales. Ce qui n’est pas très vérifiable. Nos universités et institutions supérieures produisent des informaticiens non seulement compétents, mais aussi capables d’apporter des solutions nouvelles. 

Les autodidactes ont fait aussi leurs preuves. Mais ici chez nous, ce qui est mieux vient de l’extérieur. C’est plutôt une question de regard sur nous-mêmes et sur les autres qu’il faut interroger et changer. 

Une entreprise est capable de débourser une fortune pour un étranger, mais quand il s’agit d’un Congolais, on lui paie des miettes. 

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)