article comment count is: 0

[Revue de presse] RDC-Angola : un meeting aérien amer pour le FCC ; et la fin d’Ebola

Un meeting aérien, signe de coopération militaire entre l’Angola et la RDC, a eu lieu vendredi 20 novembre à Kinshasa. Également dans l’actualité de la semaine, la fin de la 11e épidémie d’Ebola dans la province de l’Équateur. Revue de presse de Gloire Chabu.

« Fin de la 11ième épidémie d’Ebola à l’Équateur », titre Actualite.cd qui explique qu’après 119 cas recensés dont 55 décès depuis le début de l’épidémie au mois de juin, la province de l’Équateur peut enfin pousser un ouf de soulagement.  « Cette épidémie a été déclarée le 1er juin dernier. Aucun nouveau cas confirmé n’a été décelé dans les 18 zones de santé que compte la province depuis 49 jours. Aussi, il n’a été validé aucun nouveau cas probable », écrit le média.

Il faut que les autorités restent mobilisées

C’est ce qu’a souligné M. McLachlan-Kar, représentant spécial adjoint du secrétaire général des Nations-Unies et coordonnateur humanitaire. Au cours d’une interview rapportée par Politico, il a déclaré : « Je témoigne ma reconnaissance à toute l’équipe de la riposte et tiens à saluer l’engagement des communautés, sans lesquelles l’épidémie n’aurait pu être contenue si rapidement.  Il faut que les partenaires et les autorités sanitaires restent mobilisés, en soutien et avec la contribution active de tous pour éviter une nouvelle flambée. »

Même réaction du côté de l’ambassadeur américain Mike Hammer : « La fin de l’épidémie en Équateur est un grand succès, mais le travail sur le virus d’Ebola n’est pas terminé », peut-on lire sur Politico.

Le meeting aérien de la controverse

Annoncé avec grande pompe par les Forces armées de la République démocratique du Congo, le meeting aérien a bel et bien eu lieu vendredi 20 novembre à Kinshasa.  « Des avions de chasse angolais et congolais ont survolé le ciel de Kinshasa  », écrit Radio Okapi.

Le média explique que ce meeting « intervient après la visite du président Félix Tshisekedi à Luanda, lundi dernier. M. Tshisekedi et le président angolais, João Lourenço, avaient en effet eu un tête-à-tête dans la capitale angolaise au cours duquel le président congolais [a] sollicité un soutien de son voisin [dans] la crise qui secoue la RDC ».

Une démonstration aérienne qui n’a visiblement pas plu au FCC qui crie à l’ingérence : « La politique des muscles, le propre des paranoïaques. Cela fait neuf ans que des avions de chasse bombardent la Syrie. Bashar Al Assad est toujours au pouvoir, le pays est totalement détruit, les Syriens dispersés à travers le monde », rapporte Actualite.cd. Ce média s’interroge, par ailleurs : « Pour sortir de la crise, faut-il une ingérence éclairée ? »

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion