RDC : le calme avant la tempête ?

La veille de la marche anti-Kabila appelée par l’opposition en République démocratique du Congo, la situation est restée calme dans plusieurs grandes villes. Un calme qui semble précaire tant des signes de tensions sont visibles.

Un « calme relatif » dans la capitale Kinshasa

La situation est « relativement calme à Kinshasa », explique le journaliste Don Momath qui a parcouru quelques quartiers de la capitale congolaise. « Depuis ce matin, explique-t-il, j’ai sillonné quatre communes de la ville, rien d’anormal. » Il relève, toutefois, « un peu de tension au niveau de l’ISTA » (un quartier universitaire, généralement connu comme un des points de tensions dans la capitale). « Mais ça date d’hier et cela fait suite à la hausse de frais académiques dans cette institution », explique le journaliste. Le blogueur Saka Lemien s’est rendu à Lemba et au Rond-Point Ngamba, connus également pour être des quartiers contestataires. « Tout est calme », indique-t-il. Avant d’ajouter : « L’unique chose anormale, c’est la présence policière inhabituelle. »

Silence des autorités à Mbuji-Mayi

A Mbuji-Mayi, ville du centre de la RDC, dans les Kasaï secoués par les violences depuis un an (à la suite du phénomène Kamwina Nsapu), la veille était calme aussi. Le blogueur Martin Mukeba note que boutiques, magasins, banques, écoles, marchés ont fonctionné « comme tous les jours ». Chose inhabituelle : le silence des autorités. Il n’y a « même pas l’habituel dispositif sécuritaire souvent mis en place en pareille circonstance », note le blogueur. C’était en début d’après-midi.

Lubumbashi : la police s’installe à Matshipisha

A Lubumbashi, un autre centre de contestation, au sud de la RDC, le calme a régné. Néanmoins, au point chaud de Matshipisha, pro-opposition (UDPS), la police a établi son quartier général depuis dimanche dernier. La police fait ses démonstrations de force, comme pour dire, « nous sommes-là, et fini le désordre ». Jusqu’en début de soirée, vers 17 heures, les autorités n’ont officiellement rien dit sur la marche prévue ce mercredi. Mais cela ne fait aucun doute que les marches sont interdites dans la ville. Le maire l’a redit lors de la récente visite à Lubumbashi de Félix Tshisekedi, président du Rassemblement de l’opposition.

Rien d’anormal non plus à Goma

A Goma, au Nord Kivu, « aucune situation particulière », explique le blogueur Sammy Mupfuni : circulation normale, boutiques et bureaux ouverts. Mais la ville assiste, toutefois, à « un bras de fer latent entre les autorités et les mouvements citoyens, mais aussi les organisations alliées aux partis politiques de l’opposition ». A Goma, le célèbre comédien Djassa Djassa a été vu parcourant les rues en train de sensibiliser la population à éviter la manifestation de mercredi. Il n’a pas manqué, par moment, d’emprunter un ton de mise en garde. On pouvait l’entendre dire : « Ces gens qui vous appellent à manifester ne sont pas sur place, leurs familles également. C’est vous qui allez vous faire blesser pour leurs intérêts égoïstes» La police a, par ailleurs, arraché au bureau du parti de l’opposition UDPS, un tableau portant un message de sensibilisation à la marche de mercredi 15 novembre.

Articles récents

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *