article comment count is: 0

Rétrocommission ou le mot risqué de Fatshi en faveur de Kamerhe

Rétrocommission. Le mot du président Félix Tshisekedi a vite suscité de nouvelles critiques, sur l’affaire qui fait déjà grand bruit en RDC depuis plus d’un mois. Désormais, même l’opposant Fayulu exige des comptes.

La disparition de 15 millions de dollars sur un fonds de compensation destiné aux pétroliers a ressurgi au cours de la visite du président Félix Tshisekedi en Belgique et aux États-Unis.

« Le président de la République a réitéré son soutien indéfectible à son directeur de cabinet, écrit Zoom Eco. Pour Félix Antoine Tshisekedi, Vital Kamerhe n’est pas concerné dans cette affaire de 15 millions USD de la décote des produits pétroliers ».

Le président l’a dit à TV5 dont un journaliste avait posé une question sur les fonds disparus. « D’abord, il ne s’agit pas de détournement. Mais de trocommission », écrit le média, citant Félix Tshisekedi.

Ainsi, explique pour sa part Actualite.cd, il ne s’agit pas de corruption selon le président. « Nous sommes certains que ce n’est pas de l’argent volé au Trésor », explique le président. Et de préciser qu’en réalité, « il y a eu de la maladresse. L’inspecteur général des finances est un peu sorti de sa mission et je l’ai d’ailleurs appelé pour le lui dire, tout en l’assurant de mon soutien face aux menaces inacceptables qu’il a pu recevoir », rapporte Actualite.cd.

Pourtant, explique ce média, plus pédagogique, le fait pour un fonctionnaire public de percevoir un versement clandestin et illicite d’une partie de la commission officiellement perçue est une rétrocommission. L’acte, explique ce média, est puni de 6 mois à 5 ans de servitude pénale par le code pénal congolais.

Lamuka exige la tête de Kamerhe

Pour sa part, Cas-info titre sur l’appel de la plate-forme de l’opposition Lamuka à sanctionner les personnes impliquées dans cette affaire de disparition supposée des fonds. « Alors que l’affaire est en instruction au Parquet général près la Cour de cassation, les opposants veulent davantage faire pression. Lamuka demande à ses sympathisants de se joindre au Comité catholique de coordination pour participer à toutes les manifestations qui seront organisées pour dire non à la corruption, au détournement et autres antivaleurs », écrit Cas-info.

Actualite.cd explique par ailleurs que la Dynamique pour la vérité des urnes, fondée par Martin Fayulu qui revendique toujours la victoire à la dernière présidentielle, veut des sanctions. Elle « demande au président Félix Tshisekedi de mettre à la disposition de la justice, son directeur de cabinet, Vital Kamerhe pour des soupçons de détournement de 15 millions de dollars », écrit le média. De son côté, Politico voit dans cette affaire la perte de « cornes » par Vital Kamerhe devant Félix Tshisekedi. Et même d’ailleurs, note ce média, disparaît « le duo Fatshivit », constitué par les deux personnalités la veille de la présidentielle de 2018. Élection perdue par Martin Fayulu qui demande cette fois, la mise à l’écart de Vital Kamerhe, le directeur de cabinet du président Tshisekedi.

 

Partagez-nous votre opinion