article comment count is: 0

Surprise de la marche à Kinshasa : notre police sait être professionnelle !

Une marche sans mort d’homme, ça n’arrive pas tous les jours en RDC. Celle organisée par l’opposition le 26 octobre dernier à Kinshasa en est l’exemple. Dans un calme inhabituel et sans incident, les marcheurs sont partis de Limete, passant par le boulevard Lumumba, l’avenue  Sendwe, jusqu’au point de chute sur le boulevard Triomphal. Pour une fois, on peut parler d’une marche « pacifique ».

Si toutes les marches se déroulaient comme cela en RDC, on n’aurait jamais compté de Congolais morts par balle. Le vendredi 26 octobre, j’étais surpris du professionnalisme avec lequel notre police a encadré les manifestants de l’opposition. Il n’y a eu ni casse ni jet de pierre, encore moins de gaz lacrymogènes et de coups de matraque, sur l’ensemble du parcours. On pouvait voir flotter des banderoles aux effigies des opposants tels que Katumbi, Muzito, Kamerhe… Et la police encadrait la foule. Belle séquence de respect des libertés publiques. Je me suis dit que mon pays commence à ressembler aux nations démocratiques, et que l’État de droit est en route !

Je me demandais si celui qui a toujours donné l’ordre de tirer sur les manifestants avait refusé de le faire ce jour-là. Peut-être qu’il était en voyage ; ou qu’il s’est assagi, tellement il a les mains rouges de sang des Congolais. Il fallait voir combien les militants de l’opposition étaient contents de leur liberté dans la rue, criant contre la Céni et la machine à voter. Une marche véritablement pacifique et qui se termine sans débandade, ce n’était jamais arrivé à Kinshasa depuis des années. Avant, on ne pouvait avancer 100 mètres sans être dispersé par des canons à eaux, des fumigènes ou des tirs à balles réelles.

Ce sont les ordres qui sont mauvais

Ce 26 octobre, cinq candidats à la présidentielle étaient dans la marche : Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Freddy Matungulu, Marie José Ifuku et Théodore Ngoy. Absence notable de Félix Tshisekedi. Quelques manifestants scandaient son nom en disant : « Felix a tiki biso », (Felix nous a abandonnés).  

D’habitude en RDC, policiers et manifestants de l’opposition vivent comme chien et chat. Mais ici pour une fois, ils marchaient côte à côte, paisiblement. J’ai compris que ce n’est pas notre police qui est mauvaise, mais ce sont ceux qui lui donnent de mauvais ordres.

« Il n’y a pas eu d’incidents majeurs. Il y a eu de petites provocations, mais nous sommes habitués à cela. Nous félicitons les policiers qui se sont bien comportés. Ils étaient professionnels et les membres des partis politiques méritent aussi les félicitions de la police », a déclaré à la presse, Sylvano Kasongo, chef de la police de Kinshasa.

Bref, une marche sans incident, sans bombes lacrymogènes, ni crépitement de balles c’est possible en République démocratique du Congo. En faisant ainsi, c’est l’image de tout un peuple qu’on soigne et c’est le Congo qui gagne.

 


Vous pouvez relire sur Habari RDC : Ces locaux indignes qui servent de bureaux à notre police

 

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.