article comment count is: 0

La technologie et la mondialisation volent la culture congolaise

Les contes du soir autour du feu, les bonnes discussions pendant les repas en famille ou encore ces jeux du soir entre enfants ont disparu de nos vies. A la place, les réseaux sociaux et la télévision s’installent et nous volent notre culture.

Essayez de demander à un jeune de la génération 3.0 (actuelle génération connectée) de vous parler de ses origines, de sa généalogie ou encore de l’histoire de son village, il saura à peine quoi vous répondre. A la place des contes, devinettes, mythes, explications des totems qui se léguaient entre générations, entre parents et enfants, on préfère rester sur son Smartphone, ou devant la télévision.

D’énormes changements en deux décennies

Un soir, revenant du centre-ville, je décide de rendre visite à un ami du quartier. Sa femme était très inquiète suite aux absences répétées de ses enfants à la maison aux heures tardives. « Chaque soir, après le repas, mes enfants vont chez les voisins regarder des films parce que chez moi il n’y  a pas de téléviseur. Je ne peux pas les en empêcher. Malheureusement je n’ai plus d’occasions pour leur parler de la culture locale à travers des contes et des devinettes.», soupire-t-elle.

A la maison, dans les médias et sur les réseaux sociaux, on parle rarement de nos traditions. Très peu d’enfants de cette génération savent bien parler leurs langues maternelles. Or, l’éducation traditionnelle se transmet dans les langues locales.

Il y a quelques 20 ans, le soir, après le repas, les enfants et autres membres de la famille se regroupaient autour de leurs parents ou grands-parents pour écouter des contes, des devinettes, des proverbes, des explications des mythes et totems. C’était aussi l’occasion de rappeler les généalogies familiales, les chants traditionnels, etc. Cette habitude jouait un double rôle : d’abord éducatif, ensuite récréatif. A la fin d’un conte ou d’un mythe, une leçon morale était donnée.

Les réseaux sociaux pour rapprocher les plus éloignés et éloigner les plus proches

Quand on pianote sur son téléphone, on est là à discuter avec des correspondants qui sont éloignés tout en ignorant le monde autour de nous. C’est cela la mondialisation. En plus, cette mondialisation fait que, dans nos écoles, parler des us et coutumes soit considéré comme une honte plutôt qu’une valeur et une fierté.

La modernisation ne doit pas, en effet, faire ombrage à la culture locale. C’est évident que le monde évolue, mais cela ne doit pas nous empêcher de connaître ce que nous sommes. C’est une aberration quand nous apprenons à nos enfants d’autres cultures et d’autres langues alors que les nôtres restent en voie de disparition. Les enfants peuvent apprendre plusieurs cultures, mais il faut mettre un accent sur sa tradition. La modernisation et notre culture peuvent aller de pair sans se préjudicier l’un et l’autre.

 

Partagez-nous votre opinion