article comment count is: 3

Comment faire s’engager les jeunes pour la paix en RDC ?

En RDC, il n’y a pas que le gouvernement et la Monusco qui se battent pour la paix. De nombreuses associations de jeunes révoltés par les violences, et la précarité dans certains coins du pays, le font aussi. Parmi ces associations, certaines sont plus visibles et dépassent le cadre local dans leurs actions.

Le Mouvement des jeunes pour la dignité et le développement (MJDD) existe depuis 2006 et est basé à Lubumbashi dans le Haut-Katanga. Il sensibilise sur les questions environnementales, de santé et du développement en insistant sur l’intégration et la responsabilisation des jeunes Congolais. Felly Mbenga, coordonnateur du MJDD, explique fièrement avoir contribué à organiser en avril 2017, sa quatrième « Université internationale pour la paix », à Kolwezi, dans le Lualaba. Une centaine d’autres jeunes y a pris part. Parmi eux, Kijiba wa Kijiba, explique que cet événement lui a permis de s’imprégner davantage « des valeurs de paix ». Il se sent désormais outillé pour se « prémunir contre ceux qui veulent exploiter la précarité des jeunes pour les manipuler », explique-t-il, en faisant notamment allusion aux politiciens. L’occasion lui a permis, en plus, de s’ouvrir à d’autres jeunes et de partager des expériences avec eux.

Le coordonnateur du MJDD Felly Mbenga explique aussi sa participation, en septembre 2017, au colloque national des Jeunes pour la paix à Kananga, dans la province du Kasaï-Central, région secouée il y a quelques mois par les violences de Kamuina Nsapu. Au moins 3000 personnes y ont péri selon l’Eglise catholique, et 1,5 millions d’autres se sont réfugiées en Angola. A ce sujet, Kumakele Ezéchiel, un jeune venu de Kamina en province du Haut-Lomami, dans l’ancien Katanga, dit avoir été témoin « des souffrances de ses frères et sœurs du Kasaï » et cela l’a « motivé à agir davantage pour que cela ne se reproduise plus » en RDC.

La paix et sa dimension locale

D’autres associations sont également présentes dans les provinces en RDC. C’est le cas du Programme d’aide communautaire pour la jeunesse (PAC-J), structure qui œuvre à Lubumbashi. Son coordonnateur James Kimbuyu voit avant tout la paix sous le prisme de l’amélioration de la vie sociale et économique de la jeunesse. C’est la voie pour éviter, explique-t-il, « la dépendance qui rend la jeunesse manipulable ». Et d’ajouter : « J’ai pris la résolution de créer un cadre où les jeunes pourraient se rendre autonomes socialement, scientifiquement et économiquement. Depuis 2013, nous sommes aujourd’hui dans 7 provinces de la RDC. » James Kimbuyu cite comme réalisations de son mouvement la création de quatre centres d’apprentissage pour filles-mères et jeunes vulnérables dans le Haut-Katanga. Il y a aussi des projets agricoles et des conférences organisées pour sensibiliser la jeunesse à la paix durant le processus électoral.

Il va sans dire que d’autres associations qui militent pour la paix existent en RDC, notamment à Kinshasa, dans les Kasaï, et particulièrement dans les régions dévastées par les guerres dans l’est du pays : Goma, Bukavu, Ituri, ou encore Kisangani. Lorsqu’éclatent les violences, ce sont généralement les jeunes qui sont les plus touchés. Ils sont enrôlés de force dans les groupes armés, etc. L’effort de paix est un investissement que tous devraient soutenir. La paix peut être conservée à partir de petites actions conjuguées et menées par les jeunes dans leurs milieux de vie.

 


Vous pouvez lire aussi :

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (3)

  1. Merci pour l’enrichissement apporté à cet article permettant de développer un esprit d’initiatives et de solutions face à n’importe quel défi social.

  2. Le gouvernement et la MONUSCO se battent pour la paix ? Hum… Je n’en suis pas tellement sûr ! A moins que l’on ne convienne de dire qu’ils se battent trop mal et depuis trop d’années !

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.