article comment count is: 2

Joseph Kabila, adieu le 3e mandat

Plus de troisième mandat pour le président Kabila après deux ans de tergiversations et de violences autour de cette problématique. Mais la semaine dernière, les chefs d’Etat de la SADC, l’ont appris de la bouche du président congolais lui-même : il se retire.

Kabila « félicité pour le respect de la Constitution au 38e sommet de la SADC à Windhoek », écrit Digital Congo, reprenant une dépêche de l’Agence congolaise de presse. Des félicitations, explique le média, pour avoir « respecté la Constitution et l’accord de la Saint-Sylvestre ».

« Adieu troisième mandat », « Kabila impose un modèle de démocratie ! », titre La Prospérité qui publie une tribune d’un membre de la majorité présidentielle. « On nous a chanté sur tous les tons que l’accord de la Saint-Sylvestre ne serait pas respecté. Certains n’ont pas hésité à parier que Joseph Kabila briguerait un troisième mandat, [] Face à ce déni insensé, le président Kabila n’a eu depuis qu’une seule réponse :  »La Constitution de la République sera respectée ». Et, elle l’a été », rapporte La Prospérité.

Mais au sommet de la SADC, en Namibie, le président a eu ces mots qui interrogent les médias. « Je ne vous dis pas au revoir, je vous dis à bientôt », titre Le Potentiel. De quoi se demander si le président qui a épuisé ses deux mandats constitutionnels serait tenté de revenir au pouvoir après. « Sibylline, commente le quotidien kinois, cette boutade de Joseph Kabila à ses homologues de la SADC laisse planer un doute quant à son intention de lâcher réellement du lest ». « Un discours à la fois énigmatique et conciliateur, qui vient semble-t-il, plomber les tensions qui étaient apparues au plus fort de la crise politique congolaise entre Kinshasa et ses voisins de la sous-région », analyse Africanews.

Shadary, Nangaa et la machine à voter

Le président Kabila, même en partant, peut néanmoins se satisfaire de ces propos de soutien du nouveau chef de la SADC. « Maintenant pour moi, ce n’est pas à la France, [ni] à la Namibie de décider de ce qui doit se passer en RDC. La SADC peut aider mais ça doit être au peuple congolais de décider », a déclaré le Namibien Hage Geingob, écrit Cas-Info.

Mais à ce sommet, la présence d’Emmanuel Shadary, le dauphin désigné par le président sortant, a surpris plus d’un, note Politico. Le média présente donc un dauphin du président « inexplicablement projeté au-devant de la scène ». Mais il y avait le président de la Commission électorale, « censée être indépendante », commente Politico, qui a été vu défendant sa machine à voter.

 

 


Vous pouvez lire aussi : Pourquoi Kabila ne peut avoir un 3e mandat comme Kagame

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)

  1. Eceque Reillement Le President Joseph Kabila Va Quitte Le Pouvoir? Et Autre Chose Pour Quoi Il Refuse L’entre Du Katumbi Ici Au Congo ?Ci Moise Etait Italien Pour Quoi On Lui Avais Donner L’autorisation De Diriger La Province Du Katanga Pendant 10ans Et Jourd’hui Il Devient Italien Donc Cette La Sociation De Malfateur Il Faut Le Comdamner Tous

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.