article comment count is: 0

Chers militants, il n’y a pas d’ennemis en politique mais des adversaires

La politique n’est pas la guerre. C’est un jeu pacifique et démocratique où les compétiteurs sont de simples adversaires et non des ennemis. Avoir une opinion politique différente de la mienne ne fait pas de vous mon ennemi. Soyons tolérants et fair-play ! Il n’y a pas les anges d’un côté et les démons de l’autre. Nous sommes tous fils et filles d’un même pays, le Congo.

En cette période électorale, la tension couve dans le pays en raison des frustrations, de l’exclusion, etc. Les discours deviennent de plus en plus virulents dans les états majors des candidats. À Mbujimayi, à Kinshasa, Lubumbashi, Goma… Des messages incendiaires à la radio et sur les réseaux sociaux sont diffusés. Cela devient inquiétant. Ainsi, je m’adresse aux militants des différents partis politiques, majorité comme opposition. Ne brûlez pas le pays. Qui vous dit que l’opinion de votre candidat est la meilleure du monde ? Chaque Congolais n’est-il pas libre d’avoir sa propre opinion et d’adhérer au parti de son choix ? Sommes-nous en démocratie ou pas ? Cessez de nous intimider. Le Congo appartient à tous les Congolais. Et il est révolu le temps de la pensée unique.

Ces derniers temps, je remarque la tendance à la diabolisation et aux animosités. Le respect mutuel a disparu parmi nos politiciens et leurs militants. On diabolise la Céni, les opposants, le dauphin, la machine à voter… On va même plus loin jusqu’à verser dans les débat des tribus ! Au fond ce sont des intérêts personnels qui sont en jeu. Non mes frères ! Il n’y a pas d’ennemis en politique, mais des adversaires, c’est-à-dire des compatriotes qui ont un point de vue différent sur la marche du pays.

Respect et non-violence

Je demande aux politiciens de bien éduquer leurs militants et d’éviter les discours incendiaires. La période électorale ne doit pas être mise à profit pour embraser le pays. Nous avons connu plusieurs guerres atroces dans ce pays, nous voulons la paix s’il vous plaît. Ne nous faites plus revivre la campagne électorale de 2011 où la haine et les violences ont été commises simplement pour que quelqu’un conserve le pouvoir. Ce sont des militants qui sont souvent à l’origine d’émeutes et d’incidents occasionnant destructions et mort d’homme.

Les jeunes, ne vous laissez pas manipuler par les candidats qui préfèrent s’attaquer à leurs adversaires en utilisant des injures comme projets de société. Il est temps que les leaders des partis politiques prêchent la non violence pour que les élections puissent se dérouler dans un climat apaisé.

 


Vous pouvez lire : Leaders d’oppositions, n’appelez pas à la violence !

 

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.