article comment count is: 0

Nord-Kivu : les écrivains ne vivent pas de leurs œuvres

Différents écrivains de Goma et de la province du Nord-Kivu se sont rencontrés à l’occasion de la journée mondiale de l’écrivain africain, en novembre dernier. Le constat est triste : les écrivains ne vivent pas de leurs œuvres, car peu de personnes les achètent localement. Mais ils restent confiants et espèrent que demain sera mieux qu’aujourd’hui.

La journée internationale de l’écrivain africain a été célébrée en RDC sous le thème : « Le bilan de la littérature congolaise et africaine, qu’en est-il aujourd’hui et quelles perspectives pour des jeunes générations. » Les écrivains de Goma pourraient vivre de leurs œuvres si seulement les lecteurs avaient la culture de lire et d’acheter les ouvrages locaux, soutient Patrick Basham, le président de « Badilika » (changement), une plateforme de jeunes écrivains du Nord-Kivu. Malheureusement, on préfère lire gratuitement les livres chez nous.

« Les écrivains qui produisent des livres sont nombreux, hélas, les livres ne sont pas achetés. Nous recourrons plutôt à d’autres activités comme journalistes ou enseignants pour vivre et pour financer l’édition et la publication même de nos livres », explique Patrick Basham. Il déplore aussi le fait que même les livres publiés sont tirés à 50 ou 100 exemplaires seulement, faute de moyens. Pourtant, il y a déjà eu quelques auteurs de Goma qui ont été reconnus et se sont fait un nom au niveau international, comme Robert Ziwabanda. C’est aussi ça Goma, la ville ignore des fois ses propres talents, mais c’est le monde qui vient les reconnaitre.

Le ministre provincial Balthazar Kanyamanza ayant en charge la culture et l’art avait promis l’accompagnement du gouvernement provincial dans la lutte contre la contrefaçon et la promotion des jeunes talents de toute la province, étant donné qu’ils excellent dans beaucoup de domaine de l’art. « Je promets donc de m’investir dans la lutte contre la piraterie et le plagiat des ouvrages et cela bien sûr avec l’appui de tous », avait-il déclaré mais très rarement l’action a accompagné la parole de nos dirigeants.

 


Vous pouvez lire aussi :

Partagez-nous votre opinion