Réseaux sociaux : le gouvernement censure, le peuple contourne (VPN)

Lundi 7/08/2017, une lettre de l’ARPTC adressée aux opérateurs des télécommunications, leur ordonne de réduire l’accès aux réseaux sociaux. Chose voulue, chose faite depuis ce matin. Il devient plus difficile d’accéder aux différents réseaux sociaux aujourd’hui qu’il en était hier soir.

Cependant, à force d’être victime de cette atteinte à son droit d’expression en ligne, le peuple n’est plus dupe. Il développe plusieurs solutions pour contourner la censure. Bienvenue dans la « webocratie » !

« Je vous prie de prendre, dès réception de la présente, les mesures techniques préventives susceptibles de réduire au strict minimum la capacité de transmission des images », pouvait-on lire dans la lettre qui circulait dans les réseaux sociaux. Sans surprise, les opérateurs ne pouvaient qu’obtempérer. À mon réveil ce matin, comme tant d’autres congolais, il était difficile d’accéder aux réseaux sociaux. Pas d’images qui passent sur WhatsApp, Imo, Facebook, Instagram et autres. Pour d’autres encore, il n’y avait pas de connexion tout court.

Heureusement, il y a des solutions

Petit à petit, les réseaux qui étaient inaccessibles à cause de la censure, ont commencé à marcher de nouveau. Le salut des utilisateurs passent par des solutions techniques comme VPN tunnel, VPN Connexion, Tor Browser…

Hier encore, beaucoup se demandaient ce qu’était le VPN. Pour les uns c’était un nouveau parti politique nommé, « Vision Pour la Nation », pour d’autres, un « Anti Mende » retrouvez ici l’article que nous avons publié à propos. Mais, C’est révolu, ce temps-là ! Aujourd’hui, utiliser les VPN est devenu un geste réflexe pour les congolais.

Credit : La population se moque du fait de couper ou pas l’internet. Dessinateur Edizon Musavuli

Le Virtual Private Network, Réseau Privé Virtuel en français, recrée une connexion internet entièrement sécurisée. En temps normal, lorsque vous surfez sur internet, vous y laissez des informations sur vous qui peuvent être interceptées par n’importe qui. Avec un VPN, vos informations sont cryptées. Ainsi, ni votre fournisseur, ni un tiers ne peuvent y avoir accès. Cependant, ils peuvent toujours avoir accès au lieu où vous êtes quand même. Pas de panique ! Même Pour cela, l’internet propose une solution. Il faudra au préalable choisir, sur le site du VPN, le pays dans lequel vous voulez apparaitre. Vous naviguerez ainsi, non pas avec votre adresse IP, mais avec une IP générée par le VPN.

Il en existe qui sont gratuits, d’autres qui sont payants. Ils peuvent être téléchargés sur le Google Play Store ou sur l’App Store… Avec les VPN gratuits, il est probable de vous frotter à des pubs non désirées. Sachez que les VPN les plus utilisés au monde sont : PureVPN, IPVanish ou Hide My Ass.

Peuple, l’éternelle victime

Une chose est vraie, ce n’est pas le peuple qui est auteur de la présente crise politique. Ce n’est pas non plus lui qui a lancé l’appel à la ville morte. Encore moins lui qui doit ou pas respecter l’accord de la CENCO. C’est aux acteurs politiques que reviennent ces responsabilités. Pourquoi devons-nous en être victimes, au point de nous priver de notre droit de liberté d’accès à l’internet (réseaux sociaux) ? Ce qui est sûr, la solution contre la crise politique et sociale que traverse le pays est ailleurs, pas sur facebook, encore moins dans nos comptes whatsapp. #CoupePasInternet

Articles récents

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une réflexion sur “ Réseaux sociaux : le gouvernement censure, le peuple contourne (VPN) ”