article comment count is: 0

Sextape : on ne joue pas avec le sexe du chef !

Le sexe du chef des Affaires étrangères, qui du reste représente les institutions et le pays à l’étranger, c’est une lourde affaire. La sextape attribuée au ministre She Okitundu continue de diviser. Mais le débat sans doute le plus vif vise un billet de Jeune Afrique.

D’emblée, je note que si cette affaire concernait un autre ministre que Léonard She Okitundu, autrement dit un des nombreux bras droits de Kabila, celui-ci aurait été renvoyé. On le verrait partir, accompagné d’un communiqué le punissant pour « indignité ».

Un billet d’humeur vaut au journaliste de Jeune Afrique, Pierre Boisselet, des critiques et accusations depuis trois jours. Dans ce texte, il dit notamment que les Congolais ont mieux à faire que de s’attarder sur une sextape que tout semble ranger dans le registre de la vengeance pornographique. Et donc, cherche à nuire à une personne qui plus est le chef de la diplomatie de la RDC.

Le sexe c’est sacré

Il y a cette marche du 31 décembre pour dire à Kabila de partir. Il y a la loi électorale promulguée qui reste contestée malgré tout. La pauvreté, la corruption, les maladies dont le choléra, etc. On pourrait bien se dire, dans ce pays, pourquoi s’attarder sur le sexe d’un ministre ?

Si toutes les affaires de sexe émeuvent les Congolais, c’est parce que cela est important pour eux. Le sexe, on ne joue pas avec. Surtout si c’est le sexe des parents, des chefs… Alors le chef devrait tout faire pour le garder caché et sacré.

Kabila a limogé Sebineza sans trop hésiter

Ce n’est pas non plus rien si opposants politiques et leaders des mouvements citoyens ont demandé le départ du ministre des Affaires étrangères. Encore faut-il prouver que cette personne qui lui ressemble est bien She. Peut-être que ce n’est pas lui.

Si She Okitundu était un de ces ministres kabilistes de la dernière pluie, récompensés pour avoir trahi quelque part, j’imagine que, sans trop réfléchir le président Kabila l’aurait rapidement mis hors d’état de « nuire ». On sent déjà la peine du président à réagir.

Plusieurs attendent que le chef de l’Etat limoge She comme il l’a fait, très rapidement et à la demande des internautes, lors de la diffusion de la sextape du vice-ministre Sebineza. C’est cette importante précision que semble avoir ignoré ou omis l’article du journaliste de Jeune Afrique. Elle aura coûté à Jeune Afrique, de s’épargner critiques et soupçons de faveurs pour She Okitundu.

 


A relire :

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.