article comment count is: 1

Ils se disent du peuple, mais n’ont rien du peuple

Que ce soit le camp de l’ancien président Kabila, ou celui de l’actuel président, et même des mouvements citoyens, tous disent être le peuple congolais. Les Américains ou les Français se prononcent sur la RDC pour le bien du « peuple » congolais. Pourtant personne d’entre eux ne mène la vie des Congolais. Le Congolais meurt à Beni, il n’a pas d’emploi, ses terres sont ravies par ceux qui sont plus riche que lui…

« Soldat du peuple », « parti du peuple », « choix du peuple » ou encore « volonté du peuple », des termes qui duperaient à leur lecture, car ils font penser que le citoyen est le point central des actions. Pourtant ces termes n’ont rien à voir avec le peuple.

Le peuple a faim, eux jettent de la nourriture

Bien installé dans sa ferme de Kingakati, Joseph Kabila, autorité morale du Front commun pour le Congo (FCC), n’est pas du tout l’ami du peuple. N’a-t-il pas chassé des centaines de familles pour prendre leurs terres au Sud-Kivu ? Il a pris les terres du peuple, a détruit des écoles et même un hôpital qui soignait le peuple de Bukavu.

Après une campagne à l’américaine avec un jet privé à sa disposition, le « soldat du peuple », Martin Fayulu est, cette semaine, en tournée européenne. Quel peuple congolais pourrait se permettre le luxe de tels voyages ?

Vital Kamerehe, Jean-Pierre Bemba, ou encore Moïse Katumbi, Tshisekedi, personne d’entre eux n’est forcément pour le peuple. Seuls leurs intérêts comptent. Quel citoyen congolais faisant partie du peuple aurait pu avoir une milice toute vouée à lui comme Bemba ? Quel peuple tirerait sur lui-même comme l’avaient fait les soldats de Bemba en 2006 à Kinshasa ?

Quel peuple jouerait au caméléon avec son propre destin comme l’a fait Vital Kamerhe en ces trois dernières années ? Changeant d’opinion politique presque aussi fréquemment qu’il changeait d’habit ? Quel peuple serait auteur du glissement ayant permis au régime de Kabila de rester deux ans de trop au pouvoir ?

Les mouvements citoyens ne sont pas non plus le peuple congolais. Sinon il n’y aurait pas que quelques dizaines de personnes à leurs manifestations. Il y a quand même plus de 80 millions de Congolais, alors que tous les mouvements citoyens réunis ne comptent même pas 1000 membres ! Cela veut dire qu’ils n’ont pas vraiment le mandat du peuple congolais.

Il y a pire : les députés. Ceux-ci, par définition, sont les représentants du peuple. Mais le peuple ne leur sert que de marchepieds pour s’élever au statut qui leur permet de gagner des milliers de dollars d’émoluments, sans se soucier de leurs électeurs. Voici cinq ans qu’on tue des gens à Beni, et tous ces députés nationaux et provinciaux n’ont jamais pu exiger du gouvernement ne serait-ce que l’identification des tueurs !

La police et l’armée n’en parlons même pas, elles vivent en rançonnant le peuple via des extorsions ou des arrestations arbitraires. Policiers et militaires consomment leurs soldes sans remplir leur mission de protéger le peuple, ses biens, et l’intégrité du territoire.

Tous, tous et vraiment tous ne sont pas le peuple !

Le peuple c’est cet homme de Beni, de Yumbi ou du Kasaï qui meurt sans dire au revoir à ses enfants. Le peuple c’est ce Congolais qui essaie de créer son entreprise et doit déclarer faillite car les taxes et impôts dépassent de loin ses moyens. Le peuple c’est celui qui contribue chaque mois pour la sécurité sociale mais qui, une fois vieux, ne touchera jamais la pension de retraite.

Le peuple c’est ce citoyen congolais à qui on répète jour et nuit que son pays est très riche alors que lui n’a rien. Le peuple c’est cette mère de famille qui doit débourser des milliers de dollars pour que son enfant aille à l’école et qu’à la fin il ait un diplôme qui ne lui servira à rien, car aucun emploi n’existe.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.