article comment count is: 2

« Katangais, votez pour un Katangais » : un discours à bannir !

Les élections si elles ont lieu, c’est dans moins de quatre mois. Et déjà, des discours électoralistes et ethnicistes sont en marche. On entend des propos du genre : « Katangais, vote pour un Katangais », « le successeur de Kabila doit être un Katangais », ou encore « seul un Katangais doit postuler aux législatives au Katanga »…

Ceux qui soutiennent ces discours avancent comme raison le fait que l’ex-province du Katanga contribue majoritairement au budget de la RDC, et à ce titre, elle doit selon eux avoir une place de choix dans les institutions de la République. C’est ce que confirme une vidéo tournée à Lubumbashi et diffusée sur les réseaux sociaux. « On ne peut pas organiser des élections avec l’argent du Katanga, sans que les Katangais y soient véritablement représentés », disent des jeunes dans cette vidéo.

Si ce discours semble à ce jour « dépassé » étant donné que le Katanga, en tant que province, a cessé d’exister depuis le redécoupage territorial de 2015, il faut redouter son impact sur l’opinion publique. Ce discours extrémiste katangais porte sur des faits capables d’influencer négativement les rapports entre Congolais vivant dans la région. On a beau rappeler un fait historique que pour bâtir la géante du cuivre et du cobalt, la Gécamines – poumon économique de la RDC situé au Katanga – de l’argent venu d’ailleurs au Congo a compté. En plus, le Katanga n’est pas une République séparée du Congo, mais bien un territoire congolais.

Province riche, province présidentielle ?

Même si l’on devait considérer l’importance économique de l’ex-Katanga dans son ensemble, aucun argument ne serait valable pour dire que les dirigeants de notre pays ne devraient venir que de cette province. Mise à part toute considération de manipulation politicienne, cette déclaration d’un groupe de jeunes Katangais dans la vidéo donne à comprendre que peu d’efforts ont été fournis pour véritablement fraterniser les Congolais. Surtout, on assiste à un déficit très grave du sens de la patrie, et de la démocratie.

Rien n’interdit aux non-originaires du grand-Katanga de postuler aux législatives pour des circonscriptions électorales du Katanga et d’y être élus par leurs frères katangais. On ne doit pas oublier que de la même manière que ces jeunes réclament un président, d’autres jeunes d’autres régions du Congo ont le droit de réclamer la même chose. Et c’est finalement ridicule, car il n’existe pas de province présidentielle dans la Constitution du Congo.

Mais au lieu de faire comprendre ce que valent réellement les élections pour le pays, le Congo, nos politiciens passent leur temps à raviver la flamme tribale. Conséquence, les élections deviennent synonymes de querelles entre ethnies. Au final, c’est le pays qui sort perdant. Avant de voir sa région ou son ethnie, il faut voir d’abord le pays. Mieux vaut voter pour quelqu’un dont on aime le programme et les idées plutôt que pour quelqu’un de notre ethnie ou de chez nous.

 


Vous pouvez lire aussi : Pourquoi le tribalisme électoral en RDC ?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)

  1. Et si nous kinois d’origine, décidions de chasser le Katangais Mova Sakanyi , d’être candidat comme il l’est dans Kinshasa Lukunga, dans un parti fantôme PPPD créé par l’ancien ministre de l’intérieur, Prof Lumanu. C’et toujours les intolérants qui débitent ce genre de conneries.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.