article comment count is: 1

Les scandales qui n’ont pas ébranlé le clan Kabila en 2017

Les scandales en République démocratique du Congo, il y en a eu beaucoup tout au long de l’année 2017. La surprise c’est que tous n’ont pu ébranler le régime contesté de Joseph Kabila depuis la prolongation d’un mandat censé s’arrêter en décembre 2016. Revisitons cinq scandales parmi les plus flagrants à mon sens, et qui ont sans doute terni l’image d’un Kabila au pouvoir depuis 2001.

1. L’empire économique de Joseph Kabila

Les affaires économiques dans lesquelles sont mêlées le président Kabila, sa famille et ses collaborateurs ont plusieurs fois éclaté, depuis 2016 par exemple, pour ne pas remonter jusqu’au bigbang. Hein ? La dernière affaire date du 21 décembre 2017, lorsque le Trésor américain sanctionne l’Israélien Dan Gertler. Il est réputé ami du président congolais. Dan Gertler porte un passeport congolais et est frappé pour avoir contribué, d’après les Etats-Unis, à des violations des droits humains en RDC.

En plus, il est connu pour être quelqu’un qui dévalue les minerais congolais pour les revendre plus cher, au détriment de la RDC. Le nom de Dan Gertler est cité dans les Panama papers, ou encore dans les révélations sur l’empire économique du président congolais, avec au moins 80 entreprises sous l’emprise de Zoé Kabila, le frère de Joseph Kabila.

2. Les vidéos des soldats heureux de massacrer des civils dans les Kasaï

L’autre scandale qui n’en a pas fini d’indisposer le régime c’est la série de vidéos des massacres des civils par des miliaires de l’armée congolaise dans les Kasaï, au centre de la RDC. Les militaires semblaient amusés de découvrir fragiles les miliciens Kamuina Nsapu pourtant réputés invincibles. Ceux-ci entendaient venger le chef coutumier (dont ils ont pris le nom), assassiné en août 2016 par les services de sécurité. Plus de 3000 civils ont péri dans cette crise, d’après l’Eglise catholique. Deux enquêteurs onusiens y ont laissé leurs peaux alors que l’ONU révélait l’existence d’au moins 80 fosses communes.

3. Les accointances de la Céni avec le pouvoir

Entre octobre et décembre 2017, la Céni qui s’obstine à se croire indépendante, a été deux fois prises à participer à des « réunions stratégiques » du régime en place, réunions visant à gagner les prochaines élections. D’abord, l’adjoint du président de la Céni, Norbert Basengezi qui est du parti présidentiel, le PPRD, a été vu sur une photo à la ferme présidentielle à Kingakati, dans la périphérie de Kinshasa. Puis, son chef, Corneille Nangaa, qui a lui participé à une réunion du PPRD enregistrée par un député. La Céni expliquera, néanmoins, qu’elle était dans son rôle de médiation électorale à ces réunions-là.

4. Passportgate

Passeportgate, c’est l’autre scandale qui a éclaté en avril et qui trouvera sans doute son épilogue le 16 janvier 2018, date d’expiration anticipée d’anciens passeports encore valides. La famille du président Kabila, citée derrière les sociétés exploitant les passeports congolais, aurait l’idée de se faire encore un peu plus d’argent en proposant (ou en imposant ?) le passeport à puce électronique dit biométrique. Après les pressions du Parlement, le gouvernement a fixé à 100 dollars au lieu de 280 l’acquisition de ce document par ceux qui détiennent l’ancien passeport en cours de validité.

5. Prisons break à la congolaise

Euh… ! À présent un break. Un peu comme dans Prison break, la célèbre série télévisée américaine où des gangs se promènent entre cités et prisons, organisant des évasions spectaculaires. Et oui ! La RDC a vécu sa saison du genre entre avril et juin 2017. Une dizaine d’évasions spectaculaires, les unes comme les autres, sont restées sans explications précises et les enquêtes presque sans suite. Comme d’habitude ? Les députés ont eu beau menacer de destitution le ministre de la Justice et son collègue de l’Intérieur. Inébranlables, ils sont restés.

Ces scandales et tant d’autres qui ont secoué le pouvoir de Joseph Kabila, n’ont pas eu raison de lui. On se demande bien pourquoi. Mais ça, c’est une autre histoire.

 


Vous pouvez lire aussi :

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. On croirait rêver ! Des scandales d’une telle ampleur qui n’ébranlent pas un pouvoir au vu et au su de ce qu’on appelle la Communauté internationale ! Nous avons à la tête du pays des hommes qui ne sont pas aux affaires mais qui sont dans les affaires ! Des affairistes. La RDC n’est pas leur patrie mais leur champ de maïs.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.