article comment count is: 0

La RDC à la merci des prédateurs

Le départ de Mobutu en 1997 a ouvert la porte aux pillages des ressources de la RDC par des acteurs tant étrangers que nationaux. Le pays est alors plongé dans une crise multiforme entretenue par des puissances étrangères avec la complicité des Congolais eux-mêmes. Pendant ce temps, la population croupit dans une misère indescriptible. Retrouvez également d’autres articles intéressants dans ce récap de Don Momat.

Les prédateurs de la RDC ne sont pas que des étrangers

Selon la journaliste belge Colette Braeckman, derrière l’objectif de chasser le vieux dictateur Mobutu, les occidentaux et les pays voisins du Congo-Kinshasa cherchaient à balkaniser le pays pour s’offrir gratuitement ou à vil prix ses matières premières. Mais à ces prédateurs étrangers, il faut ajouter d’autres dits nationaux ou locaux. Le Congo est victime de la criminalité économique de ses propres enfants. Pour plus de détails, cliquez ici.

Les armes mystiques et mystérieuses du Grand-Kasaï

Au Kasaï, province endeuillée récemment par le phénomène Kamwina Nsapu, il n’y a pas que les kalachnikov qui tuent. Il y a aussi des armes mystiques et mortelles utilisées pour se venger ou pour régler des comptes. Pour certains, ces armes mystérieuses traditionnelles relèvent de la fiction, et pour d’autres, elles sont une réalité évidente. De kansonda au nkuba en passant par le nteta et le tshibindi, prenez connaissance des quatre armes mystiques et mystérieuses du Grand-Kasaï dans cet article.

Redonner confiance aux femmes privées de seins

Elle vole au secours des femmes ayant subi la mammectomie (ablation du sein). La jeune Sharufa Amisi fabrique des prothèses mammaires à l’aide de fil à tricoter. Ces prothèses, souligne-t-elle, aident les femmes à reprendre confiance en elles. Entretien avec Sharufa, la mère de la prothèse mammaire made in Congo à retrouver en cliquant sur ce lien.

Il n’y a plus de métiers propres aux femmes

Vendre l’huile de palme est un métier réservé aux femmes dans l’imaginaire du Congolais. Mais la réalité n’est plus celle-là. Au marché Kapela à Kinshasa, la blogueuse Myra Dunoyer Vahighene a rencontré un homme en train de vendre cette fameuse huile de palme. Il s’appelle Félicien. Il fait ce travail depuis plusieurs années et parvient à nourrir sa famille ainsi. Relisez son histoire et sa passion pour la vente d’huile de palme dans ce billet.

Prenez-vous en charge en tout sauf en politique

L’Etat congolais brille par son désengagement et sa démission dans plusieurs secteurs de la vie. Les dirigeants ont pris l’habitude de demander au citoyen lambda de se prendre en charge pour vivre ou survivre. Mais quand il s’agit pour le peuple de réclamer la démocratie et le changement sur le plan politique, c’est alors que l’État intervient avec sa police et son armée pour l’empêcher de se prendre en charge. Pour en savoir plus sur ce paradoxe congolais, cliquez ici

  1. RDC : qui sont les nouveaux prédateurs dont parle Colette Braeckman ?
  2. Connaissez-vous les quatre armes mystiques du Grand Kasaï ?
  3. Sharufa Amisi : la femme qui fait des prothèses mammaires
  4. Papa Félicien et l’huile de palme : une passion de 32 ans
  5. Prenez-vous en charge, quelle irresponsabilité publique en RDC

 

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.