article comment count is: 0

Restitution des émoluments : pourquoi Martin Fayulu est-il le seul ?

L’histoire défraie la chronique en RDC depuis le 15 février 2018. Le député national Martin Fayulu a juré de ne plus toucher à l’argent de l’Assemblée nationale qu’il qualifie d’« illégitime ». Et pour concrétiser ses dires, il a retourné dans les caisses de l’État ses émoluments du mois de janvier 2018.

«J’ai renvoyé les émoluments de janvier 2018 et la prime de la session extraordinaire de janvier 2018, soit au total 8 425 875 FC pour cause d’illégitimité des institutions à mandat électif depuis le 1er janvier 2018 », écrit Martin Fayulu sur son compte Twitter. Un bel exemple d’intégrité que feraient mieux de suivre d’autres élus de la République démocratique du Congo.

En réalité, il n’y a pas que l’Assemblée nationale qui est hors mandat et potentiellement illégitime, il y a aussi le Sénat, les gouverneurs des provinces, les Assemblées provinciales et même le président de la République. Toutes ces institutions étaient censées être remplacées fin 2016, ou au plus tard en décembre 2017 si l’accord de la Cenco avait été respecté.

Hélas, les membres et animateurs de ces institutions continuent à empocher l’argent de la République sans avoir été réélus. Une chose est sûre : le peuple les regarde, il les sanctionnera un jour. Martin Fayulu devrait aussi savoir qu’il ne suffit pas de renoncer aux émoluments d’une Assemblée nationale « illégitime », la logique voudrait qu’il cesse aussi d’être député avec tout ce que ce titre comporte. Saura-t-il aller jusqu’au bout de sa logique ?

 


Vous pouvez lire aussi :

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.